T-O-Mirail Reynerie Bellefontaine Bagatelle Pradettes Faourette Lafourguette Mirail-Universite Basso-Cambo tous les quartiers
Accueil > Actualités > Agenda > Lecture bilingue / Médiathèque Grand M

Lecture bilingue / Médiathèque Grand M

« La Langue des papillons » de Manuel Rivas.

Article proposé le mardi 4 septembre 2012, par Loubna Benahmed


En partenariat avec la médiathèque Grand M, l’Instituto Cervantes invite à une lecture français/espagnol d’un extrait de « La Langue des papillons » de Manuel Rivas.

Mercredi 12 septembre à 15h30
À la Médiathèque Grand M (37, avenue de la Reynerie, Mirail)

Presse-papier01
Manuel Rivas, né à La Corogne en 1957, est aujourd’hui l’un des plus grands écrivains de la littérature espagnole auréolé de nombreux prix et traduit dans de nombreuses langues.

Son œuvre romanesque, dont le dernier opus « L’éclat dans l’abime », est publiée en France chez Gallimard, s’enracine dans la culture galicienne, et dénonce souvent les crimes du franquisme. Manuel Rivas est aussi nouvelliste, scénariste, journaliste mais avant tout poète. « La disparition de la neige », son tout dernier recueil de poèmes, paraît en 2009 dans les quatre langues officielles de l’Espagne : le galicien, le castillan, le catalan et le basque, réunies dans le même ouvrage. Ecrivain singulier dans le paysage littéraire espagnol contemporain, il écrit en galicien pour résister à l’uniformité et l’unicité du langage, et défendre la diversité des langues.
La poésie de Manuel Rivas, dont les éditions noir&blanc publient une anthologie bilingue pour la première fois en France dans une traduction de Paloma Leon, se lit comme autant de petits récits où se mêlent le désespoir lucide du poète et l’espérance qui brûle comme « le feu obscur [dans] les mottes de terre ».
Avec une voix très personnelle, à la fois merveilleusement imaginative et ancrée dans le quotidien, la poésie de Manuel Rivas travaille à éclairer le monde et la condition de ceux qui y vivent. On y retrouve les préoccupations écologiques de celui qui fut un des fondateurs de Greenpeace Espagne, les interrogations et les inquiétudes d’un futur incertain, tout autant que son amour pour la planète, pour sa Galice, pour la langue de ce « village mondialisé ».

Répondre à cet article